Paroisses Nancy-Sud

Homélie du 22 février 2015 : Jésus au désert

Informations supplémentaires

  • Date Homélie: dimanche, 22 février 2015
  • Prêtre Homélie: Philippe Gauer
  • Lectures:

    Livre de la Genèse 9, 8 – 15.

    Psaume 24.

    Première lettre de saint Pierre apôtre 3, 18 – 22.

    Evangile selon saint Marc 1, 12 – 15.

  • Homélie:

    Nous sommes entrés dans le temps du Carême.

    La première lecture raconte l’épisode du déluge. Des questions apparaissent autour de ce texte : Dieu promet de ne pas détruire l’humanité. En raison de l’actualité, nous pouvons nous demander ce que fait Dieu face au mal, à la souffrance, au terrorisme. Si Dieu existe, si Dieu est amour, pourquoi ne fait-il rien ? Pourquoi ne punit-il pas ceux qui font le mal ? La réponse est que Dieu n’est pas venu pour juger, pour condamner l’humanité. Il ne veut condamner personne, il aime chacun. Notre Dieu est le Dieu de l’amour, de la vie. Une seule mort sauvera l’humanité : le Christ sur la croix. Mais Dieu ne nous impose pas ce salut. Il nous l’offre car il nous a voulu libres. Dans le texte de la Genèse, Dieu propose une alliance, qui est un engagement entre deux personnes.

    Dans sa lettre, Pierre explique que le déluge est l’annonce de ce qui nous sauvera. Le passage de la Mer Rouge est là aussi comme annonce prophétique de ce qui nous sauvera.

    Le Carême ne se résume pas à la pénitence. C’est un chemin vers Pâques. C’est un chemin pour renouveler notre engagement. Suis-je heureux d’être chrétien ? Ais-je le désir de renouveler cet engagement ? Est-ce que je veux vivre de la vie de Dieu ? Est-ce que je suis prêt à vivre en communion avec Dieu à chaque instant de ma vie ? L’engagement du chrétien est de vivre en communion avec Dieu et de demeurer avec lui. Or, souvent pendant la journée, nous oublions que Dieu est là, nous vivons comme si Dieu n’existait pas. La vie chrétienne, c’est de vivre avec Dieu et donc de vivre avec chacun de nous frères. Dieu est patient : il ne cesse de nous aimer et nous offre le salut par son fils mort et ressuscité.

    Pendant le Carême, un double choix nous est proposé.

    *Nous avons 40 jours pour relire notre vie et dire non à la tentation. Le premier choix est de rejeter le mal qui nous entraine, nous pousse à rejeter Dieu et les autres.

    *Le choix du bien : nous pouvons choisir de devenir meilleur, c’est-à-dire de pardonner, de partager, de prier et ainsi devenir un peu plus enfant de Dieu.

    Le chemin de Carême est le chemin d’un renouvellement intérieur pour que notre cœur soit plus beau, plus proche de celui du Christ qui a tant aimé le monde. Que notre cœur soit comme celui du Christ afin que nous puissions aimer comme lui. Amen.

    Père Philippe Gauer.

    Notes prises lors de l’homélie du dimanche 22 février 2015 à Jarville.