Paroisses Nancy-Sud

Homélie du 17 mai 2015 : 7e dimanche de Pâques (Les disciples n'appartiennent pas au monde)

Informations supplémentaires

  • Date Homélie: dimanche, 17 mai 2015
  • Prêtre Homélie: François Geoffroy
  • Lectures:

    Livre des Actes des Apôtres 1, 15 – 17. 20a. 20c – 26.

    Psaume 102.

    Première lettre de saint Jean 4, 11 – 16.

    Evangile de Jésus Christ selon saint Jean 17, 11b – 19.

  • Homélie:

    Avant de monter au ciel, avant l’Ascension, Jésus a vécu : il s’est intéressé à la vie ordinaire, il a parlé de travail, d’argent. Il a souvent été un signe contradictoire : il s’est approché des lépreux, des malades, des pécheurs,… de tous ceux qui étaient exclus. Il y avait une sorte d’apartheid de la part de ceux qui pensaient être dans la vérité.

    Il s’agit d’être dans le monde sans lui appartenir, sans dépendre des modes et y être le porte-parole de celui qui nous envoie. C’est dur. C’est le paradoxe chrétien : regarder les réalités du ciel tout en ayant les pieds sur terre. Animés par nos certitudes, nous tâtonnons pour changer le monde. Mais la société ne tâtonne pas : elle sait pour nous ce qu’il faut pour réussir sa vie. Il faut être courageux ; dans le système scolaire, c’est appelé la méritocratie républicaine. Il faut avoir de l’ambition ; mais quand l’ambition est-elle une vertu ? Quand conduit-elle au mépris des plus fragiles ? Regarder vers le ciel implique d’avoir le plus grand respect pour les personnes âgées, démunies, étrangères,… Dieu est présent en chaque personne. « Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25, 40). Le plus petit, c’est le moins fréquentable.

    Le premier, le plus grand commandement est d’aimer. Saint Jean insiste pour dire que Dieu a rayonné de sa gloire quand il a donné sa vie pour nous. A ce moment, il n’a pas une belle apparence, mais il vit l’amour dans sa perfection.

    Avoir les yeux vers le ciel et les pieds sur terre est difficile. Que l’Esprit Saint nous aide à vivre comme des gens qui ont envie que tous autour d’eux soient heureux. Que l’Esprit Saint nous aide à annoncer qu’on ne peut pas être heureux si on ne tient pas compte de l’amour de Dieu. Ainsi, être dans le monde sans être du monde, c’est tout avoir.

    Père François Geoffroy

    Notes prises à partir de l’homélie du dimanche 17 mai 2015 à Jarville.