Paroisses Nancy-Sud

Homélie du 28 juin 2015 : La fille de Jaïre

Informations supplémentaires

  • Date Homélie: dimanche, 28 juin 2015
  • Prêtre Homélie: Philippe Gauer
  • Lectures:

    Livre de la Sagesse 1, 13 – 15 ; 2, 23 – 24.

    Psaume 29.

    Deuxième lettre de saint Paul aux Corinthiens 8, 7. 9. 13 – 15.

    Evangile de Jésus Christ selon saint Marc 5, 21 – 43.

  • Homélie:

    Nous avons entendu le récit de deux guérisons dans cet Evangile. L’une des deux est même plus qu’une guérison : c’est une résurrection.

    La première guérison est particulière. La femme malade, qui souffre depuis des années, ne demande rien. Elle s’approche pour toucher le vêtement de Jésus. C’est plus que de la foi, c’est du culot. Elle va dérober sa guérison à Jésus. Jésus sent qu’une force est sortie de lui. Les disciples lui répondent que c’est la foule qui l’écrase. Mais la femme sait ce qui s’est passé, elle sait ce qu’elle est venue faire. Cette femme est sûre d’être guérie, sûre que Dieu va faire cela pour elle. Car pour elle, ce Jésus est le fils de Dieu, il peut la sauver. C’est ainsi la réponse de Jésus : « ta foi t’a sauvée ».

    Osons nous approcher de Jésus avec foi. Nous allons communier tout à l’heure. Jésus va demeurer en nous. Comment accueillir cette présence de Dieu en nous ? Faut-il considérer que Dieu s’occupe uniquement du ciel ? N’avons-nous rien à dire à Dieu ? S’il n’y a pas plus de miracles, ce n’est pas parce que Dieu s’est endormi, c’est notre foi qui s’est endormi. Nous vivons souvent comme si Dieu n’existait pas. Nous vivons avec nos refus de nous attacher au Christ.

    Pour la deuxième guérison, le chef de la synagogue fait les choses plus dans les règles. Il vient chercher Jésus pour qu’il guérisse sa fille. Lorsqu’ils arrivent à la maison, ils apprennent que la fille est morte. La réponse de Jésus est « elle dort ». Il y  un jeu de mot avec le grec : mourir se dit s’endormir du sommeil de la mort. Les gens se moquent de Jésus. Et nous, croyons-nous vraiment que Jésus a ressuscité cette enfant ? Croyons-nous que Jésus est ressuscité ? Nous ne croyons pas seulement que Dieu est là-haut. Notre foi a quelque chose de très particulier. Les gens sont parfois attachés aux valeurs chrétiennes. Mais les autres croyants sont aussi attachés à des valeurs. Alors, toutes les religions se valent-elles ? Alors pourquoi faire baptiser Baptiste ? Quelle est la richesse du christianisme ? C’est Dieu qui s’est fait proche, qui s’est fait homme. Dieu va descendre dans le cœur de Baptiste comme il l’a fait avec chacun. Etre chrétien, c’est vivre avec Dieu, 24h /24, 7j /7, 12 mois /12, y compris pendant les vacances.

    Si nous prenons conscience de cette présence de Dieu, ne nous étonnons pas qu’il veuille changer plus nos vies. Qu’à travers l’Eucharistie, nous entendions cette Parole de Dieu : « lève-toi ». Laissons Jésus nous visiter et nous prendre par la main : « Lève-toi ». Ayons la foi, du culot, du désir. Avons-nous le désir que Dieu transforme notre vie ? Chrétiens, nous ne sommes pas fait pour vivre uniquement à la mesure humaine. Nous sommes enfants de Dieu. Avons-nous la joie d’être enfants de Dieu ? Amen.

    Père Philippe Gauer

    Notes prises à partir de l’homélie du samedi 27 juin 2015 à Heillecourt.