Paroisses Nancy-Sud

Homélie du 06 décembre 2015 : Quitte ta robe de tristesse

Informations supplémentaires

  • Date Homélie: dimanche, 06 décembre 2015
  • Prêtre Homélie: Philippe Gauer
  • Lectures:

    Livre du prophète Baruc 5, 1 – 9.

    Psaume 125.

    Lettre de saint Paul apôtre aux Philippiens 1, 4 – 6. 8 – 11.

    Evangile de Jésus Christ selon saint  Luc 3, 1 – 6.

  • Homélie:

    Le livre de Baruch nous dit « quitte ta robe de tristesse et de misère, et revêts la parure de la gloire de Dieu pour toujours, enveloppe-toi dans le manteau de la justice de Dieu ». De qui le texte parle-t-il ? Dans notre monde, la tristesse, l’angoisse, la violence et la barbarie sont bien présentes. Aujourd’hui Dieu veut nous donner une parole d’espérance. Il veut la paix, la joie pour chacun de nous.

    La première personne dont parle Baruch, c’est le Christ bien sûr. Il revêt notre humanité pour nous apporter le Salut et il viendra à la fin des temps dans la gloire.

    Il parle aussi de Nadia qui recevra le baptême à Pâques et d’Antoine qui sera baptisé aujourd’hui.

     

    Qu’attendons-nous des fêtes de Noël qui approchent ?

    Comme nous le chantons : « Un Sauveur nous est né. Un fils nous est donné ».

    Est-ce que la fête de Noël représente seulement les cadeaux et la fête ? Dans ce cas, c’est une fête comme les autres. Nous avons évidemment besoin de moments de fête, de moments pour nous réjouir. Mais ce n’est pas cela Noël. C’est accueillir dans l’aujourd’hui de notre vie un sauveur. Comme Antoine : la vie de Dieu va descendre en lui aujourd’hui.

    De quoi ai-je besoin d’être sauvé ? Lorsque l’on pose cette question, la réponse est souvent : de la violence, des attentats. Si Jésus vient, c’est pour nous manifester la miséricorde du Père, du Père qui sauve, pardonne, console, rassure, réjouit.

    En ai-je besoin ? Osons reconnaître que nous avons besoin d’être sauvé du péché. Si nous ne le faisons pas, le Christ sera venu pour rien. Comme le pape François l’a dit, osons reconnaître nos faiblesses même si nous avons parfois un peu honte. Malgré nos limites et nos faiblesses, Dieu nous aime et vient nous sauver.

    Nous sommes invités à avancer sur un chemin de progression. Tous, qui que nous soyons. Saint Paul nous y invitait déjà dimanche dernier. Avons-nous cherché à grandir dans un amour de plus en plus intense pour tous les hommes cette semaine ? Si oui, continuez. Si non, allez-y. Aujourd’hui, il s’agit de progresser « pour discerner ce qui est important » et être « comblés du fruit de la justice », enveloppés du manteau de la justice.

    Ai-je besoin d’être revêtu de la justice, d’être sauvé ? Il faut le manifester : Viens me sauver. Le mode d’emploi est d’aller se confesser. Mardi, c’est l’ouverture de l’année de la miséricorde, de l’année du pardon. Pour témoigner, nous devons être les premiers à faire cette expérience du pardon. Nous devons dire « Pardon. J’ai péché contre mon frère. J’ai péché contre le ciel ». Ce n’est pas facile, cela demande de l’humilité mais c’est un chemin essentiel.

    Ce ne sont pas les grandes rencontres qui vont changer la planète. C’est le Christ car il va changer nos cœurs et nous donner ainsi envie de prendre soin de notre planète.

    Entrons dans l’année de la miséricorde. Prenons conscience de ce qui habite en nous et réjouissons nous. Progressons dans la connaissance du Christ en accueillant la Parole de Dieu en nous. C’est pour cela que Nadia, qui sera baptisée à Pâques, recevra la Parole de Dieu.

    Père Philippe Gauer

    Notes prises à partir de l’homélie du dimanche 06 décembre à Jarville.