Paroisses Nancy-Sud

Homélies du 27 décembre 2015 : Sainte Famille

Informations supplémentaires

  • Date Homélie: dimanche, 27 décembre 2015
  • Prêtre Homélie: Philippe Gauer
  • Lectures:

    Premier livre de Samuel 1, 20 – 22. 24 – 28.

    Psaume 83.

    Première lettre de saint Jean 3, 1 – 2. 21 – 24.

    Evangile de Jésus Christ selon saint Luc 2, 41 – 52.

  • Homélie:

    Nous sommes actuellement dans l’octave de Noël : « le Verbe de Dieu s’est fait chair ». Nous avons fêté Noël hier, mais ce n’est pas un simple événement qui se serait passé il y a 2000 ans et pour lequel nous remercions le Seigneur. Si c’était cela, ce serait déjà grand. Mais le mystère ne s’arrête pas là. Dieu revêt notre humanité pour nous faire revêtir sa divinité. C’est pour cela que saint Jean peut écrire « vous êtes enfants de Dieu et vous l’êtes en vérité ». Nous avons part à l’Esprit Saint. Depuis le baptême et dans l’Eucharistie, nous sommes renouvelés dans l’Esprit Saint. Depuis le baptême, nous avons la vie de Dieu en nous. Nous voyons d’abord les dimensions humaines de notre vie, mais nous sommes appelés à plus. Il ne s’agit pas de mettre de côté les aspects humains ; la preuve, c’est que Jésus a partagé notre vie, il a tout vécu, sauf le péché. Il l’a fait pour qu’en retour nous ayons part à sa vie divine. L’Eucharistie chaque dimanche nous le rappelle. Communier, c’est être en communion avec Dieu, c’est vivre de la présence de Dieu. C’est le merveilleux échange dans lequel nous sommes plongés. Le premier évêque de Gaule, saint Irénée, osait dire « Par le baptême vous êtes divinisés ». C’est cela la grâce de Noël. Dieu ne nous a pas fait pour s’amuser, pour avoir des animaux de compagnie. Dieu, dans son amour, se donne totalement. Le sommet du projet de Dieu, c’est le verbe qui se fait chair. En contemplant le Christ, l’homme découvre ainsi sa vraie vocation : la vie de Dieu est en toi, sois-en digne et témoignes-en. Nous avons nos faiblesses, nos pauvretés, mais Dieu vient nous y rejoindre et nous transformer de l’intérieur.

    Nous fêtons aujourd’hui la Sainte Famille. Dans le mystère de Noël, Dieu se fait homme en naissant dans une famille. Il est né d’une femme. Joseph a toute sa place dans le rôle de père adoptif. Marie et Joseph sont un couple. Ils ont confiance (quand Joseph accueille Marie enceinte, il accueille l’enfant, il en prend la responsabilité). Marie et Joseph sont des parents, ils sont le modèle de l’homme et de la femme donné à Jésus. Avec eux, Jésus découvre un père et une mère. Cela rappelle l’importance de la famille. Dieu crée l’homme et la femme à son image et sa ressemblance. Ainsi, dès les débuts de la Bible, l’égale dignité de l’homme et de la femme est affirmée. Ils sont tous les deux à l’image et la ressemblance de Dieu. Ce n’est pas l’homme à l’image de Dieu ou la femme à l’image de Dieu. Ce sont l’homme et la femme dans leur unité qui sont à l’image de Dieu, Dieu qui est amour. Et l’homme et la femme se trouvent dans le don de soi.

    La toute première alliance de Dieu avec les hommes, c’est la création d’Adam et Eve à qui Dieu confie la mission de poursuivre son œuvre de créateur. Adam et Eve ne deviennent pas créateurs, ils sont co-créateurs. Dieu ne crée désormais plus sans cette collaboration de l’homme et de la femme. C’est la première participation de l’homme et de la femme au projet de Dieu. Cela aboutira à Joseph et Marie et à tous les couples qui ont suivi. Pour les couples qui ont donné la vie, cela leur a donné d’être collaborateurs de Dieu. Réjouissons-nous de ce projet de Dieu. Prions pour toutes les familles, tous les couples qui essayent de vivre ce projet, pour ceux qui ont des difficultés, pour tous les enfants qui ont vécu la souffrance des divisions.

    Enfin, « chaque année », les parents de Jésus effectuent un pèlerinage. Quand avons-nous fait notre dernier pèlerinage ? Il y a de nombreux lieux de pèlerinage : Sion, Lourdes, Rome, Jérusalem,… Pour l’année de la Miséricorde, nous sommes invités à faire un pèlerinage. Pour nous, ce n’est pas loin, c’est à l’église Saint Sébastien. Nous ne devons pas hésiter à y aller pour franchir la porte sainte et à faire le parcours proposé pour redécouvrir la miséricorde de Dieu. Il ne faut pas hésiter à faire cette démarche en couple, en famille, pour que cette démarche vienne renouveler le sacrement du mariage. Amen.

     

    Père Philippe Gauer.

     

    Notes prises à partir de l’homélie du samedi 26 décembre 2015 à Laneuveville.

    - - - - -

     

    Nous voici à peine quelques jours après la fête de Noël, la naissance du fils de Dieu. Je veux m’arrêter sur deux aspects de cette fête.

    Dans sa lettre, saint Jean indique que le Verbe de Dieu s’est fait chair. S’il s’agissait seulement du Verbe de Dieu qui revêt notre humanité, cela serait déjà beau ; mais ce n’est pas seulement cela. Dieu s’unit à nous pour que nous puissions nous unir à lui. Saint Irénée, premier évêque de Gaule, écrivait que par le baptême nous devenons Dieu. Il ne s’agit pas seulement d’un Dieu là-haut dans le ciel : il se fait tellement proche de nous pour que nous soyons proches de lui. Quand nous regardons nos vies, nous voyons nos faiblesses, nos fragilités. Mais au fond de nous, il y a la vie de Dieu. Il ne faut pas seulement s’émerveiller de Dieu qui se fait homme mais aussi de la grandeur de notre vocation. Nous ne sommes pas juste des hommes et des femmes avec des valeurs : nous sommes appelés à vivre en enfants de Dieu, à vivre en communion avec Dieu. Cela découle de la Nativité, pour laquelle nous avons pu chanté ce « merveilleux échange ». Saint Jean écrit que la preuve, c’est que nous avons part à l’Esprit Saint. Redécouvrons la présence de l’Esprit Saint en nous.

    Le deuxième point est la fête de la Sainte Famille. Jésus vient au sein d’une famille. Il nait d’une femme, il obéit à son père adoptif. Cela montre l’importance du couple, de la femme. Nous pouvons revenir à la Création : Dieu crée l’homme et la femme à son image et ressemblance. On dit parfois que la Bible est misogyne, mais elle affirme, dès les débuts, l’égale dignité de l’homme et de la femme. Ce n’est pas l’homme ou la femme qui est à l’image de Dieu. Ce sont l’homme et la femme dans leur unité, leur unité conjugale qui manifestent l’amour de Dieu. Ce qui est le plus à la ressemblance de l’amour de Dieu, c’est l’amour d’un couple. Nous avons à prier pour tous les couples, pour qu’ils soient renouvelés dans leur vocation qui est de manifester au monde l’amour de Dieu.

    Tous les ans, Marie et Joseph font un pèlerinage. Quel est votre dernier pèlerinage ? Pour nous cette année, l’église jubilaire est saint Sébastien. Nous aurons aussi, le jeudi de l’Ascension, un grand pèlerinage de nos trois paroisses à Sion. C’est l’occasion de rappeler que nous sommes en marche vers Dieu, en marche avec Dieu. Il est important de prendre du temps pour marcher avec Dieu. En ce dimanche de la Sainte Famille, c’est l’occasion d’aller en famille à Saint Sébastien dans les prochains jours ou prochaines semaines.

    Que la célébration de l’Eucharistie nous renouvelle aujourd’hui dans la grâce du sacrement du mariage. Avec l’Eucharistie, nous sommes renouvelés dans tous les sacrements reçus, le mariage pour les couples, l’ordination pour les prêtres,… L’Eucharistie est la source, le centre, le sommet de la vie chrétienne. Je souhaite une bonne fête à tous les couples présents. N’ayez pas peur de renouveler votre sacrement de mariage. Amen.

     

    Père Philippe Gauer.

     

    Notes prises à partir de l’homélie du dimanche 27 décembre 2015 à Jarville.