Paroisses Nancy-Sud

Homélie du 10 janvier 2016 : Baptême du Seigneur

Informations supplémentaires

  • Date Homélie: dimanche, 10 janvier 2016
  • Prêtre Homélie: Philippe Gauer
  • Lectures:

    Livre du prophète Isaïe 40, 1 – 5. 9 – 11.

    Psaume 103.

    Lettre de saint Paul apôtre à Tite 2, 11 – 14 ; 3, 4 – 7.

    Evangile de Jésus Christ selon saint Luc 3, 15 – 16. 21 – 22.

  • Homélie:

    Nous voici rassemblés aujourd’hui en ce dimanche où nous fêtons le baptême de Jésus. C’est un dimanche particulier : la fête du baptême du Seigneur est le dimanche où se conclut le temps de Noël ainsi que le dimanche par lequel nous entrons dans le temps ordinaire. Il n’y a ainsi pas de 1er dimanche du temps ordinaire. Ce temps ordinaire devrait s’appeler le temps des baptisés. Il y un temps pour vivre Noël, pour vivre Pâques,… et un temps pour vivre simplement notre vie de baptisé. Etre baptisé est une grande joie.

    Les deux premières lectures nous redisent qui est notre Dieu. Beaucoup de religions croient en un Dieu créateur, un Dieu là-haut, un grand horloger comme disait Voltaire. Des gens le cherchent, comme les mages dont nous avons parlé la semaine dernière. Ils voulaient rencontrer Dieu, ils ont vu une lumière et l’ont suivie. La naissance de Jésus est un bouleversement. Jusque là, ce sont les hommes qui cherchent Dieu. Désormais, c’est Dieu qui cherche l’homme, qui vient à sa rencontre. Le prophète Isaïe évoque des difficultés, des obstacles ; ainsi, nous n’arrivons pas à aimer, à pardonner comme nous devrions le faire. Dieu veut abaisser ces montagnes, ces obstacles. Notre Dieu est un Dieu qui pardonne, qui aime, qui libère, qui console de toutes souffrances, de toutes épreuves. Ce n’est pas un Dieu qui juge, qui punit. Le Christ choisit de nous aimer jusqu’au bout, jusqu’à la mort. Il nous montre ainsi que l’amour vaut d’être vécu jusqu’au bout. Ainsi, le mal est vaincu.

    Voici le Salut qui nous est promis. Le Salut ne vient pas d’un coup de baguette magique. Dieu ne veut pas nous imposer ce Salut, cette vie éternelle.

    Jean-Baptiste parle d’un baptême de feu et d’Esprit. Le feu évoque la destruction : quand Jésus vient en nous, il vient bruler le mal. C’est aussi ce qui réchauffe, la lumière dans les ténèbres. Cette lumière, nous avons à l’accueillir pour en vivre. Nous avons à accueillir cet amour de Dieu, qui est paix, joie. Voilà ce qui va arriver à Arthur qui va être baptisé. Voilà ce qui nous est arrivé lors de notre baptême, ce qui nous arrive à chaque Eucharistie. « En toi, je mets toute ma joie ». C’est ce qui va se vivre tout à l’heure : Arthur « tu es mon enfant bien-aimé, en toi je mets tout mon amour ». C’est ce que dit Dieu en regardant chacun de nous car il nous aime. Nous avons choisi de l’accueillir et sommes appelés à vivre sa vie divine.

    Cette lumière du Seigneur, nous avons à la partager, à l’annoncer. Lorsque nous regardons le monde, nous le voyons mortifère, angoissant. Alors découvrons ce que nous sommes appelés à vivre et portons la lumière qui apporte la paix, la joie. Que 2016 soit l’année de la joie de Dieu qui se répand dans tous les cœurs. Ce sont les souhaits de Dieu qui nous aime tant. Réjouissons-nous, réjouissons-nous pour Arthur qui va accueillir cette vie nouvelle des enfants de Dieu.

     

    Père Philippe Gauer

     

    Notes prises à partir de l’homélie du dimanche 10 janvier 2016 à Jarville.