Paroisses Nancy-Sud

Homélie du 31 janvier 2016 : Aujourd'hui s'accomplit ce passage de l'Ecriture

Informations supplémentaires

  • Date Homélie: dimanche, 31 janvier 2016
  • Prêtre Homélie: Philippe Gauer
  • Lectures:

    Livre du prophète Jérémie 1, 4 – 5. 17 – 19.

    Psaume 70 (71).

    Première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens 12, 31 – 13, 13.

    Evangile de Jésus Christ selon saint Luc 4, 21 – 30. 

  • Homélie:

    L’Evangile que nous venons d’entendre est la suite de dimanche dernier. Il en reprend un des derniers versets : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Ecriture que vous venez d’entendre ». Le choix de l’Eglise de rappeler ce verset nous indique qu’il s’agit d’un élément clé de compréhension. « Aujourd’hui » est un mot essentiel qui nous rappelle ce qu’est notre liturgie chrétienne : ce n’est pas du passé. La liturgie et les sacrements, c’est ici et maintenant. C’est ici et maintenant que Dieu vient, se rend présent dans nos vies.

    Ce verset, extrait d’Isaïe 61, annonce tout le programme de la mission. Les gens à l’époque comprennent et ne supportent pas que Jésus prétende être le consacré. Ensuite, c’est l’invention du « Notre Père qui êtes aux cieux, restez y ». Nous sommes prêts à croire, mais pas à ce qu’il bouleverse nos vies. Les belles paroles d’amour, de paix ne gênent pas trop. Mais que la Parole bouscule nos vies, cela nous gêne. Nous sommes tous là avec nos vies et Dieu nous bouscule. Nous avons deux solutions. Nous pouvons le laisser dehors (même si nous croyons) car nous n’avons pas envie de changer nos habitudes. Ou comme les apôtres, nous pouvons dire « Je suis là avec mes limites, mais je veux bien te suivre car tu es Dieu, j’ai confiance ». C’est un choix crucial : est-ce que je suis Jésus dans ma vie ou est-ce que je crois en lui là-haut ?

    Dans la première lecture, Jérémie nous dit que dès le premier instant de notre vie, nous avons été choisi, aimés, voulus par Dieu. Dieu a un projet d’amour pour nous. Il n’est pas facile de reconnaître que Jésus est le fils de Dieu et pas plus que nous sommes appelés à être enfants de Dieu. Cessez d’être simplement des hommes, vous êtes appelés à plus que cela. C’est cela le sens du don de l’Esprit Saint. A quoi cela sert de croire en Dieu (comme le rappelle saint Paul, même les démons croient en Dieu) si cela ne change rien dans nos vies ? Ce Dieu a voulu demeurer en nous. C’est l’enjeu de la venue du Christ : il n’est pas simplement venu parce qu’il s’ennuierait ou pour nous donner un message, mais pour que nous nous unissions profondément à Dieu.

    Quand on croit à ce projet de Dieu, on ne peut plus vivre comme avant. Quel est ce don de l’Esprit Saint (au baptême, à la confirmation) ? La première lettre aux Corinthiens (1Co 12 – 13) est un texte magnifique et exigeant : « Recherchez avec ardeur les dons les plus grands ». Si nous voulons le plus grand pour nos vies, recherchons ces dons. Ce don, c’est la charité. C’est plus que vivre de belles valeurs humaines. C’est accueillir en nous le don de l’amour de Dieu. Les paroles de la consécration : « faites ceci en mémoire de moi », ce n’est pas juste dire la messe, célébrer la messe, aller à la messe. Jésus ne célèbre pas la première messe. Il est en train de nous aimer jusqu’au bout. Voulons-nous aimer comme Dieu nous aime ? Aimez-vous les uns les autres : cela n’est déjà pas mal, mais cela reste sur le plan humain. Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés : c’est plus mais cela ne nous paraît pas possible. Mais c’est la folie de l’amour de Dieu qui veut nous rendre capable d’aimer comme lui. Dieu nous offre ce don. A nous de l’accepter. C’est la liberté, le respect de Dieu pour nous. Osons lui dire oui. Amen.

     

     

    Père Philippe Gauer

    Notes prises à partir de l’homélie du dimanche 31 janvier 2016 à Jarville.