Paroisses Nancy-Sud

Homélie du 07 février 2016 : Laissant tout, ils le suivirent

Informations supplémentaires

  • Date Homélie: dimanche, 07 février 2016
  • Prêtre Homélie: Philippe Gauer
  • Lectures:

    Livre du prophète Isaïe 6, 1 – 2a. 3 – 8.

    Psaume 137 (138).

    Première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens 15, 1 – 11.

    Evangile de Jésus Christ selon saint Luc 5, 1 – 11. 

  • Homélie:

    Arrêtons-nous surtout sur la deuxième lecture. Une question fondamentale est posée, celle de la foi. Avons-nous la foi ? Nous pourrions répondre « Oui, autrement nous ne serions pas là. » Mais que signifie avoir la foi ? Ce n’est pas juste croire en Dieu. Autrement quasiment tout le monde a la foi. Qu’est-ce qu’avoir la foi chrétienne ? D’après saint Paul, c’est croire profondément en Jésus Christ mort et ressuscité pour nous, pour que nous soyons pardonnés de nos péchés, croire en Jésus qui s’est fait homme pour nous et notre Salut. C’est l’adhésion à Jésus Christ qui est venu nous sauver, me sauver, sauver chacun d’entre nous. La différence entre la foi chrétienne et les autres religions est cette rencontre personnelle avec le Christ. L’ai-je rencontré ? Ai-je fait l’expérience de Dieu qui me parle ? Nous avons parfois la tentation de croire en Dieu qui est là-haut et de l’appeler, de nous plaindre quand cela ne va pas. Croire, c’est accueillir une révélation. Dieu nous dit qui il est. Ma liberté est engagée pour croire que Dieu a envoyé son fils pour nous sauver, pour croire en Jésus et en ce qu’il nous dit. Benoit XVI parlait d’un supermarché des religions où l’on se constitue sa foi. Je peux me constituer un Dieu comme je veux. Mais cela n’est pas la foi chrétienne, qui s’enracine dans la révélation du Christ avec la Nouvelle Alliance. C’est accueillir le Christ avec tout ce qu’il est, son humanité, sa divinité.

    Cela nous renvoie au point de départ, au péché originel. Qu’est-ce que le péché originel ? C’est se dire je n’ai pas besoin d’écouter ce que Dieu a à me dire, je suis assez grand. Suis-je prêt à obéir à Dieu ? C’est ce qui nous dérange. Les enfants ne sont pas toujours obéissants, mais est-ce que les parents, les grands-parents le sont ? Sommes-nous prêts à écouter Dieu ? Faisons-nous comme nous l’entendons ? Ou écoutons-nous le projet de Dieu ? Sur l’accueil des immigrés, sur le pardon, sommes-nous prêts à accueillir le plan de Dieu ? A entrer dans le projet de Dieu en lui obéissant ? Ou est-ce que je fais comme je veux sans écouter la Parole de Dieu qui est la lumière pour nous ?

    C’est la foi de Pierre sur son bateau. C’est un professionnel de la pêche, il connaît le lac, il sait où et quand pécher. Jésus qui n’y connaît rien lui dit où jeter son filet. Ce n’est pas le bon moment, ce n’est pas le bon endroit. Pourtant, Simon obéit. C’est l’humilité, l’obéissance. Ainsi, Jésus peut lui dire « Viens et suis-moi ». Etre chrétien, est-ce suivre des valeurs ? Non, la vie chrétienne est dans ces mots : « Viens et suis-moi ». Ces mots d’adressent à chacun de nous. Avoir la foi, c’est répondre « Oui, me voici ». Mais quand Jésus nous appelle, sommes-nous comme le jeune homme riche, qui repart triste ? Alors que nous sommes appelés à plus. Réjouissons-nous. Jésus veut nous faire vivre de sa grâce, de sa vie divine. Vivons à la mesure de notre vocation. En aimant comme il nous a aimés. Amen.

     

    Père Philippe Gauer

    Notes prises à partir de l’homélie du samedi 06 février 2016 à Laneuveville