Paroisses Nancy-Sud

Homélies du 20 mars 2016 : Rameaux

Informations supplémentaires

  • Date Homélie: dimanche, 20 mars 2016
  • Prêtre Homélie: Philippe Gauer
  • Lectures:

    Livre du prophète Isaïe 50, 4 – 7.

    Psaume 21 (22).

    Lettre de saint Paul apôtre aux Philippiens 2, 6 – 11.

    Evangile de Jésus Christ selon saint Luc 22, 14 – 23, 56. 

  • Homélie:

    Je souhaite m’arrêter sur la phrase « Père pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font ». Cette année est l’année de la miséricorde. Une année pour mesurer combien l’amour de Dieu pour nous est grand. Cet amour, Dieu nous l’offre dans le sacrement de Réconciliation. Le pardon est un cadeau de Dieu. Dieu nous aime, gratuitement. Et en même temps, il y a un prix à payer. C’est le Christ qui le paye. Il a obtenu le pardon pour nous. Le Christ obéissant par amour a accepté de donner sa vie pour nous. C’est cet amour qui transparait dans le récit de la Passion. Passion a deux sens.

    *C’est souffrir : celui qui vit une passion vit une souffrance. Jésus souffre : il y a les tortures du jeudi au vendredi et la souffrance sur la croix.

    *Le deuxième sens, c’est que Jésus est passionné. La passion de Dieu, c’est l’homme. Dieu est passionné d’amour pour l’homme. Pour chaque homme. C’est pour chacun qu’il va jusqu’au bout de son amour.

    Nous avons entendu la foule acclamer Jésus. C’est cette même foule qui criera « A mort, crucifie-le ». Où serons-nous ? Parmi ceux qui crient ? Serons-nous indifférents ? Dormirons-nous ? Ou oserons-nous prendre un temps pour prier avec Jésus ? Ne soyons pas indifférents. Prenons le temps de prier, pour, le jour de Pâques, entrer dans la joie du ressuscité. Entrons dans cette semaine sainte avec force, avec courage, avec espérance. Amen.

    Père Philippe Gauer

    Notes prises à partir de l’homélie du samedi 19 mars à Laneuveville.

    - - - - -

     

    Dans le récit de la Passion, Jésus rentre à Jérusalem. Il sait ce qui va lui arriver. Nous, nous choisirions un autre chemin. Jésus, non. Comme il le dit « Ma vie, c’est moi qui la donne ». Pourquoi Jésus choisit-il d’aller à Jérusalem où il sait qu’il va être arrêté, torturé, mis à mort ? Quand Jésus est crucifié, il a plusieurs paroles, dont « Père pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font ». Pourquoi Jésus est-il venu sur terre ? Pourquoi a-t-il donné sa vie ? Pour que nous soyons pardonnés. Quand ai-je reçu ce pardon pour la dernière fois ? Dieu donne gratuitement ce pardon à tous.

    Comment Dieu donne-il son pardon ? Il le donne sur la croix, en donnant sa vie. Quand Jésus dit « Père pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font », cette Parole est vraie tout le temps, elle est vraie aujourd’hui, Jésus l’a dite une fois pour toute. Quelqu’un a payé pour nous, très cher. Il nous aime, mais le prix à payer, c’est la croix. Regardez combien il nous aime.

    Quand quelqu’un fait un cadeau, il faut l’accueillir. Pour accueillir le pardon, il y a un chemin : la confession. Quelle est la dernière fois où je me suis confessé, où j’ai demandé pardon ? Pardonner les péchés, c’est la première mission que Jésus confie aux apôtres après le jour de Pâques. On peut se demander pourquoi il y a des prêtres. Parce que le jour de Pâques, Jésus appelle des hommes à donner son pardon.

    Quelle est la dernière fois où je me suis confessé ? Puis-je vivre longtemps sans ce pardon ? C’est ce que nous allons vivre cette semaine : Dieu nous aime tellement qu’il veut vivre avec nous, qu’il veut vivre chaque instant avec nous. Est-ce que cela n’est pas beau ? Est-ce que cela n’est pas de l’amour ? Dieu vient vivre parmi nous, vivre et mourir comme nous pour que nous puissions ressusciter comme lui.

    Le Jeudi Saint, c’est le dernier repas de Jésus. Il ne s’agit pas juste de faire mémoire, mais de le vivre maintenant. Le Vendredi Saint, prenons un peu de temps pour prier avec lui quand il meurt sur la croix. Le samedi, accueillons la lumière de la résurrection. Est-ce que je veux prendre le temps de recevoir le pardon ? De recevoir l’amour de Dieu, ici et maintenant ? Est-ce que je veux être fidèle à mon oui ? C’est le plus difficile. Les gens qui acclament Jésus crient quelques jours plus tard « A mort ». Les disciples se sauvent tous. Ils n’ont même pas été capables de veiller une heure. C’est le secret de chacun : saurais-je être fidèle ? Prendrais-je le temps de la prière ? Il est facile de dire comme Pierre « Je ne le connais pas » - même le premier pape dit cela. Oserons-nous dire : Jésus je le connais, je l’aime ? Ce n’est pas facile, que l’on soit enfants ou parents. Aimer Dieu est difficile mais c’est ce qu’il y a de plus beau. Cela peur remplir une vie. Même si nous ne sommes pas fidèles, Dieu est toujours fidèle car il nous aime.

    Père Philippe Gauer

    Notes prises à partir de l’homélie du dimanche 20 mars à Jarville.