Paroisses Nancy-Sud

Homélie du 21 février 2016 : La transfiguration

Informations supplémentaires

  • Date Homélie: dimanche, 21 février 2016
  • Prêtre Homélie: Ferdinand Kimamara
  • Lectures:

    Livre de la Genèse 15, 5 – 12. 17 – 18.

    Psaume 26 (27).

    Lettre de saint Paul apôtre aux Philippiens 3, 17 – 4, 11.

    Evangile de Jésus Christ selon saint Luc 9, 28b – 36.

  • Homélie:

    « Celui-ci est mon Fils, celui que  j’ai choisi : écoutez-le ! »

    Ecouter Jésus est un appel qui nous est adressé  ce deuxième dimanche du Carême.

    Comment écouter Jésus ? Où le trouver pour l’écouter ? Combien de fois ou durant combien de temps l’écouter ? Autant de questions que l’on peut se poser pour mieux répondre à l’appel qui nous est adressé par Dieu Notre Père en ce dimanche et chacun de nous ici présent est appelé à y réfléchir ou y méditer et bien sûr répondre.

    Le temps de Carême est un temps fort, un temps long pour ne pas dire suffisant, que l’Eglise notre mère nous propose chaque année en vue de nous préparer à fêter  ou célébrer le mystère pascal avec un cœur vraiment renouvelé. Parmi les trois observances principales du Carême que la prière, le jeûne  et le partage, je dirais que la prière est la plus indispensable pour notre transformation pourquoi pas notre transfiguration !

    Notons que la Transfiguration de Jésus se réalise au cours de la prière sur la montagne : qu’est-ce que l’Evangile nous a dit ? C’est ceci : « Pendant qu’il priait, l’aspect de son visage devint autre, et son vêtement devint d’une blancheur éblouissante. »

    Donc pour répondre au questionnement sur l’écoute de Jésus, il faut d’abord que nous la conviction sur l’amour que nous a manifestés en nous donnant son Fils et surtout en nous le révélant : tout ce que Dieu a fait, Il le fait par amour. C’est ainsi qu’il nous invite et nous ordonne d’écouter son Fils qu’il a choisi et nous envoyé. Il nous le demande par amour : c’est pour notre bien. Etant alors convaincu de cet amour de prédilection, nous pourrons alors librement et aisément y répondre à notre tour par amour et non par crainte servile ou autre motif malsain !

    Comment alors concrètement écouter Jésus en ce temps fort du Carême ? En premier lieu, c’est en nous débarrassant de tous liens qui nous empêchent d’entendre sa voix qui nous invite à le suivre et le reste Jésus lui-même s’en chargera. Ayons d’abord confiance en Celui qui nous a choisis et qui continue à nous inviter de le suivre et partager sa vie. Cette confiance qui malheureusement fait défaut pour la plupart de nous est primordiale car c’est elle qui nous conduit à la foi comme vertu théologale : Abraham eut foi dans le Seigneur et cela lui fut compté pour juste(le Seigneur estima qu’il était juste).

    Ecouter Jésus c’est obéir à Dieu le Père qui l’a recommandé et du coup c’est écouter Dieu lui-même. Cela nous demande justement de nous approcher de lui et de rester près de lui et avec lui et tout le temps possible qui soit. C’est à cette condition que nous arriverons à Pâques étant renouvelé par sa présence, effectivement après tant d’épreuve jusqu’à la croix car on ne peut pas partager la victoire avec Jésus si on n’a pas partagé la souffrance avec Lui ! Dans l’Evangile nous avons entendu que l’entretien de Jésus avec Moïse et Elie concernait son départ qui allait s’accomplir à Jérusalem, c’est quoi au juste ? Ce n’est rien d’autre que ce chemin du Golgotha, chemin de la passion, mort et bien entendu Résurrection de Jésus notre Sauveur. Le but même de la transfiguration est en vue de préserver la foi des Apôtres Pierre, Jacques et Jean (témoins de cette gloire de Jésus, Homme-Dieu) devant le scandale de la croix.

    Dans la deuxième Lecture, St Paul nous a exhortés à tenir ou rester ferme dans la foi  car dit-il en pleurant, «  beaucoup de gens se conduisent en ennemis de la croix du Christ ! »

    Chers frères et sœurs, tenez bon dans le Seigneur, continuons notre combat spirituel au côté de Jésus sans jamais nous désespérer car c’est l’unique voie qui mène à la vie éternelle et soyons courageux dans les  épreuves de ce monde car Jésus a vaincu la mort et sa victoire et notre victoire. Amen.

     

    Père Ferdinand Kimamara

     

    Homélie du dimanche 21 février 2016 à Jarville.