Paroisses Nancy-Sud

Homélie du 29 janvier 2017 : Les Béatitudes

Informations supplémentaires

  • Date Homélie: dimanche, 29 janvier 2017
  • Prêtre Homélie: Ferdinand Kimamara
  • Lectures:

    Livre du prophète Sophonie 2, 3 ; 3, 12 – 13.

    Psaume 145.

    Première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens 1, 26 – 31.

    Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5, 1 – 12a. 

  • Homélie:

    Les Béatitudes nous tracent un chemin ou code de conduite pour vivre l’Evangile et parvenir au bonheur du ciel !  Etre mû par la charité en tout et partout, dans tout ce que nous disons ou faisons  et ainsi être des témoins vivants de l’Amour de Dieu pour tous les hommes.

    Apparemment, on dirait que les Béatitudes ne concernent que les pauvres et les petits pour ne pas dire les méprisés ! En grande partie c’est vrai car ce sont ceux qui se sentent malheureux qui ont besoin de ce message qui les réconforte et les ressuscite en leur redonnant courage, en leur disant qu’il y a une grande joie qui les attend, non pas sur la terre mais au ciel à condition qu’ils ne cèdent pas aux tentations de ce monde mais qu’ils adhèrent à cet enseignement de Jésus. Surtout qu’Il est du côté des pauvres de Yahvé communément appelés les anawim.

    Nous devons tous nous abaisser un peu, nous déposséder de tout ce qui nous encombre pour entrer dans la catégorie de ceux qui ont besoin de tel ou tel autre secours car les suffisants n’ont pas de place pour Jésus ou pour Dieu tout court !

    De quel bonheur nous parle Jésus ?

    En ces jours où l’on ne parle que des souffrances un peu partout comme les guerres, les violations des droits inaliénables, les violences de toutes sortes, il n’est pas aisé de parler du bonheur. En effet, qui peut prétendre atteindre le bonheur par la pauvreté, les pleurs, la faim, la soif, et même la médisance et toute autre forme de persécution ? Et pourtant c’est la Bonne Nouvelle que nous apporte Jésus ; j’allais dire même que c’est un enseignement nouveau qu’il nous donne : il faut l’accueillir ou l’affronter dans une nouvelle vision qui est de Jésus lui-même, lui qui est le chemin, la vérité et la vie. Ce n’est pas du tout facile à vivre puisque ce chemin des Béatitudes exige en quelque sorte le renoncement, l’oubli de soi pour penser à l’autre qui est plus nécessiteux ou plus pauvre que soi. Il ne faudra pas confondre bonheur avec facilité ! Ce n’est pas nécessairement une pauvreté matérielle, même si elle n’est pas à exclure elle aussi, mais une pauvreté morale et spirituelle ! Chers frères et sœurs, si nous sommes de véritables disciples de Jésus, nous devons marcher à sa suite en suivant minutieusement ses traces ! Lui le grand maître par excellence qui enseigne par l’exemple, n’oublions pas que c’est ce chemin qu’il a lui-même emprunté au cours de sa vie et c’est par là et uniquement là que chaque disciple doit passer pour parvenir au bonheur du ciel ! Sachons d’abord que le bonheur promis par Jésus n’est pas à calquer sur le bonheur de ce monde, qui apparemment est synonyme de bien-être, de confort ou sur cette sensation de joie ou de satisfaction après certains exploits pour ne pas dire réussite ! Comme il l’a dit lui-même, « heureux êtes-vous si l’on vous calomnie, l’on dit faussement toutes sortes d’accusation contre vous ». Donc ce n’est pas le bonheur de ce monde comme d’ailleurs sa paix n’est pas à l’image de celle de ce monde et c’est exactement le même cas pour le bonheur qu’il vient de nous enseigner très solennellement ! C’est un bonheur qui nous attend, qui nous est réservé au ciel : posséder le Royaume des cieux et c’est notre seul désir. Comme le Royaume de Dieu est un Royaume d’amour, il nous suffit de nous efforcer à vivre dans l’amour avec tout ce qu’il comporte comme caractéristiques pour mettre en pratique l’Evangile d’aujourd’hui.

    Marie, secours des chrétiens, priez pour nous, amen.

     

    Père Ferdinand Kimamara.

    Homélie du dimanche 29 janvier 2017 à Jarville.