Paroisses Nancy-Sud

Homélie du 26 mars 2017 : Conduisons-nous en enfants de la lumière !

Informations supplémentaires

  • Date Homélie: dimanche, 26 mars 2017
  • Prêtre Homélie: Ferdinand Kimamara
  • Lectures:

    Premier livre de Samuel 16, 1b. 6 – 7. 10 – 13a.

    Psaume 22.

    Lettre de saint Paul apôtre aux Ephésiens 5, 8 – 14.

    Evangile de Jésus Christ selon saint Jean 9, 1 – 41. 

  • Homélie:

    La cécité de naissance du genre humain : l’aveuglement du cœur humain ! Jésus utilise le signe de la cécité pour révéler l’obscurité qui habite le cœur humain. Ce n’est pas parce que l’enfant est pécheur qu’il est né aveugle, sinon ce serait justement soutenir ces croyances juives comme quoi la maladie ou n’importe quelle autre épreuves anéantissent l’homme parce qu’il a péché ; autrement dit, c’est la punition de Dieu ! Jésus, lumière du monde (des hommes), part de la réalité concrète (la cécité) pour que cette dernière devienne le signe qui révèle son identité de Fils de Dieu ! N’oublions pas que nous cheminons petit à petit vers le mystère pascal et là aussi nous verrons que sa mort nous révèle qu’il est Fils de Dieu : « Voyant comment il est mort, l’un des soldats s’exclama : vraiment il était le Fils de Dieu ! »

    Chers amis, ici dans cet Evangile, il est question de la foi qui conduit au salut : Je suis venu moi la lumière du monde pour que ceux qui ne voient pas recouvrent la vue et ceux qui voient tombent dans l’obscurité ! Le mendiant en croyant au Fils de l’homme recouvre pleinement la vue et la vie alors que les grands chefs  qui rejettent Jésus se condamnent et tombent dans les ténèbres : c’est toujours l’histoire d’une humanité aveugle ! L’évangéliste Jean nous présente toutes les attitudes que peuvent prendre les hommes, face à Jésus.

    Il y a celui qui se sait aveugle, et qui aspire à la guérison : il accède à la plénitude de la lumière, par la foi. Il y a ceux qui se désintéressent de la  guérison, parce qu’ils ne veulent pas d’histoire. Il y a ceux qui se croient lucides, alors qu’ils n’ont fait qu’utiliser la révélation pour renforcer leur aveuglement ! Ceux-ci croient pouvoir juger le mendiant guéri, et ils rejettent Jésus. Ils se condamnent donc à une cécité définitive. Dans laquelle des trois catégories des personnes te reconnais-tu toi qui m’écoutes ? Je vous propose tous de nous ranger du côté du mendiant qui a toujours besoin du secours du Fils de l’homme car, une fois guéris par Jésus qui vient à notre rencontre et qui se révèle à chacun de nous, demandons-lui la grâce de nous attacher fermement à lui et de le suivre jusqu’au calvaire pour mourir avec lui afin de ressusciter avec lui comme nous y invite saint Paul. Ainsi nous pourrons vivre en enfants de lumière. Amen.

     

    Père Ferdinand Kimamara.

    Homélie du samedi 25 mars 2017 à Laneuveville.