Paroisses Nancy-Sud

Homélie du 14 mai 2017 : Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie

Informations supplémentaires

  • Date Homélie: dimanche, 14 mai 2017
  • Prêtre Homélie: Marc Haeussler
  • Lectures:

    Livre des Actes des Apôtres 6, 1 – 7.

    Psaume 33.

    Première lettre de saint Pierre apôtre 2, 4 – 9.

    Evangile de Jésus Christ selon saint Jean 14, 1 – 12.

  • Homélie:

    Notre foi nous fait-elle suivre "une bonne étoile" qui pourrait bien nous porter chance ? "On ne sait jamais", ... "dès fois que"... alors au petit bonheur la chance,... un peu comme on miserait sur le bon cheval de course pour en espérer de bonnes retombées. Ou sur un "bon protecteur"... qui, à la façon d'un talisman me sauverait la vie, comme par magie...

    Non, ... Notre foi est tellement mieux que ces incertaines sécurités...

    ... Notre foi chrétienne nous fait suivre... un rejeté !... Un rejeté à partir duquel une unité se construit. Une communion.

    1 P2 : "Bien-aimés, approchez-vous du Seigneur Jésus : il est la pierre vivante rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu. Vous aussi, comme pierres vivantes, entrez dans la construction de la demeure spirituelle, ..."

    Imaginez une pierre bosselée, abîmée, pas la plus belle de toutes, mais choisie par l'architecte pour aller à un endroit précis, une place décisive, une pierre d'angle ou la clé de voûte. Et bien, c'est celle-ci que nous devrions alors regarder avant de nous laisser impressionner par l'ensemble de l'édifice.

    Jésus non seulement n'est pas né dans un palais, parmi les grands de ce monde, les puissants, vers qui spontanément on se tourne pour quémander un "salut" pour ce monde, mais en plus, il termine sa vie sur une croix comme "le dernier des derniers". Celui qui devait nous apporter la Justice, la vraie, termine en pure victime de l'injustice ! Non, vraiment, mes critères de réussite dans ce monde ne me disent pas de suivre cet homme-là...

    Mais notre foi nous fait regarder vers Celui auquel on n'avait pas pensé, vers Celui qui "ne roule" pas pour lui-même, plein d'opportunisme, plein d'habileté pour trouver le vent porteur du moment, pour rallier, au moment propice celui qui a le vent en poupe... ; notre foi nous invite à un retournement. Elle nous tourne vers Celui qui "a les paroles de la vie éternelle" (Jn 6, 68) c'est à dire Celui qui est lui-même en personne la vie jaillissante-à-la-Source, Jésus le Christ. Car le fils se reçoit de toute éternité de Celui qu'on appelle le Père parce qu'Il est le seul Inengendré. Et le Père est dans le fils, ...et le fils est venu en nous !

    Entre le géant qui peut écraser le minuscule grain de blé et le grain de blé, je choisis le frêle grain de blé qui garde toute sa puissance de vie et qui même va la donner cette vie, ... en mourant !

    Il nous faut prier l'Esprit Saint, plus exactement, le laisser entrer en nous, par un acte explicite, un consentement (utilisant par là notre liberté), autant de fois qu'il le faut, car alors Il nous fait reconnaitre le Fils qui nous tourne vers le Père, parce qu'Il est lui-même l'image, l'expression parfaite du Père. Et ce même Fils qu'est Jésus sait ce que c'est que d'avoir des pieds d'argile comme les nôtres. Des pieds tremblants, des pieds mal assurés, maladroits, gauches, quand il s'agit d'aimer vraiment, durablement, gratuitement. Parce qu'Il a été l'un de nous, il nous connaît bien et sait bien nous trouver une place dans son édifice, dans son Corps, dans son Eglise. Dès maintenant et pour l'éternité, il prépare une place à chacun auprès de Lui. Le Christ, ayant passé par notre chemin d'êtres fragiles, mortels, tout en étant lui-même "le Chemin, la Vérité, la Vie" (Jn 14), peut alors partir de là où nous sommes. C'est à partir de notre situation quelle qu'elle soit, même celle qui semble la plus désespérée, qu'Il vient nous tendre la main pour nous intégrer à son Corps, avec tous les autres, plus ou moins bras-cassés eux aussi. Le Christ est ainsi un grand Corps brisé, désarticulé, pas forcément séduisant au premier abord, claudiquant, facilement bousculé par un habile géant, et pourtant d'une très grande puissance de Vie, de la Vie en abondance.

    Père Marc Haeussler

    Homélie du dimanche 14 mai 2017 à Jarville.