Paroisses Nancy-Sud

CCFD

Écrit par 

Le pape François n’a de cesse de rappeler que l’implication des chrétiens dans le monde ne peut aller sans un engagement auprès des plus vulnérables et, des exclus, qu’ils soient proches ou plus lointains. C’est dans cet esprit que, depuis près de 55 ans, les évêques de France ont confié au CCFD-Terre Solidaire d’agir contre la faim et de promouvoir la solidarité internationale, ce à quoi contribue notamment la collecte de ce 5ème dimanche de Carême. Nous rendons ainsi visible l’engagement de toute l’Église de France pour incarner l’amour de Dieu pour toute l’humanité.

   Même si les chiffres indiquent un léger mieux à l’échelle mondiale, la faim reste néanmoins un des fléaux majeurs de notre planète, fléau auquel s’attaque prioritairement le CCFD-Terre Solidaire. Il favorise ce qui contribue à éradiquer, peu ou prou, la faim en soutenant, par le biais du partenariat, des actions de développement, en promouvant la souveraineté alimentaire et le commerce équitable. Il contribue aussi à notre éducation au développement sachant que nos habitudes de vie ont des répercussions ici et là-bas …

   A ce propos, nous recevons ce jeudi 6 avril à Neuves-Maisons un partenaire venu du Tchad qui viendra témoigner de son action dans son pays avec le soutien tant moral que financier du CCFD.

   La traditionnelle collecte de ce 5ème dimanche de Carême a précisément pour but d’aider les quelque 400 acteurs partenaires du CCFD répartis dans le monde entier. Votre don peut être effectué par le biais de l’enveloppe dédiée à cet effet ou, de manière plus pratique, en ligne de manière sécurisée sur le site CCFD.org.

   Comme chaque année, le CCFD-Terre solidaire nous a accompagnés durant ce Carême, nous invitant, en tant que citoyens responsables, à nous laisser toucher par les cris du monde et à les transformer en espérance partagée. Pour cela il faut d’abord se mettre en posture d’écoute, puis faire l’effort de nous imprégner, de comprendre ce que nous voyons et entendons. Vient ensuite le temps des initiatives à imaginer pour que la clameur du monde soit davantage perçue : oser par exemple dire notre honte face à certaines situations injustes ou intolérables… Espérer alors que viendra le temps du droit et de la dignité pour tous. Mais tout ceci ne serait que du vent sans l’action concrète : oui, il convient d’agir pour la justice, pour le bien commun avec celles et ceux qui sont loin. Agir pour la sauvegarde de notre « maison commune » (cf. pape François) avec les paysans, les minorités bafouées et les exilés, telle est l’urgence actuelle ! En cette période électorale, redonnons du sens à la notion de citoyenneté, laquelle s’opère dans la pleine conscience d’appartenir à une même humanité, d’habiter une même terre et d’être engagés dans un même avenir.