Paroisses Nancy-Sud

P. Marc Haeussler

P. Marc Haeussler

samedi, 08 septembre 2018 00:00

Devenir le corps du Christ

En ce dimanche de rentrée, l'Evangile nous met à nouveau devant Jésus qui guérit. C'est central dans sa mission. Bonne Nouvelle qui nous réjouit : Il est venu "guérir les cœurs meurtris, libérer les captifs, ..." ! (Luc 4). Aujourd'hui, dans l'Evangile de Saint Marc, avec la matière de sa propre création, son Souffle et sa Parole, Il ouvre un être tout entier, corps et âme...: "Effata !"

 

Dès lors, de notre côté, de manière centrale dans notre vie chrétienne, l'Evangile nous presse à nous reconnaître blessés, captifs, d'une manière ou d'une autre, pour connaître la joie d’être pansé, délivré, par Jésus. Il y va de notre commune humanité avant tout, bien plus que de catégories de personnes.

 

Ainsi, en cette rentrée, réinterrogeons notre soif profonde. Sachons nous étonner à nouveau d’un tel don jusqu'au sacrifice de Dieu miséricordieux, venu, en son Fils, se lier à nous. Il est venu faire corps avec nous ... Pour que nous devenions son Corps. Nous sommes membres blessés de son Corps, pour qu'en Lui, nous soyons consolés, transfigurés.

 

Chaque jour du Seigneur, à chaque Eucharistie comme source et sommet de notre semaine, nous sommes en communion avec ce corps du Christ, livré pour nous. Vivons par ce Corps que nous formons, en étant en quelque sorte les mains de Dieu : Celui-ci a besoin de nous pour rejoindre concrètement tout homme, et singulièrement tout homme blessé.

 

Dans cette confiance, à tous une bonne rentrée !

 

+ Marc Haeussler, curé

vendredi, 20 avril 2018 00:00

Un bain de soleil

Un bain de soleil...à la kermesse !

Le 4° dimanche de Pâques est dit aussi celui du "bon Pasteur"... "Moi, je suis le bon pasteur, le vrai berger, qui donne sa vie pour ses brebis (...)" dit Jésus (Jn 10). Et il poursuit: "je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent..."

Prêtres et paroissiens, continuons à faire connaissance !

Ce samedi a eu lieu la dernière rencontre des cycles de préparation au mariage, occasion de mieux se connaître avec les futurs mariés.

Ce samedi et ce dimanche a lieu la kermesse paroissiale de St-François-de-Sales, occasion, là aussi de mieux se connaître, autour d'une grillade sur une table, dehors, à l'ombre des arbres !

Chaque 2° dimanche du mois a lieu la table ouverte à midi aux salles paroissiales de Jarville, occasion de mieux se connaître tout en mangeant !

Rencontres avant un baptême, rencontres après la Messe, rencontres pour "être deux ou trois en Son Nom" pour prier, rencontres à l'accueil au presbytère, et bien d'autres occasions encore !...

Paroissiens, n'hésitez pas à inviter vos prêtres, ils seront heureux de vous rencontrer, même si la première date proposée ne sera peut-être pas la bonne!

Acceptons que le Christ, Fils de Dieu, seul vrai et bon Pasteur, nous réunisse, tout spécialement pour LA grande rencontre par laquelle Il s'unit à notre humanité ! Alliance par laquelle Il nous donne la Vie en abondance !

Il fait beau, profitons-en, sortons de nos maisons, de tout ce qui peut faire écran entre nous : "perdons" un peu de notre temps à flâner d'un stand à l'autre, d'une boisson fraîche à l'autre, pour papoter !... tous à la kermesse paroissiale !!!

P. Marc Haeussler

vendredi, 13 avril 2018 00:00

Ils n'osaient pas encore y croire

"Ils n'osaient pas encore y croire!"

Les apôtres, à la vue du Christ ressuscité, "n'osaient pas encore y croire" (Jn 24). Une joie contagieuse s'était emparée des disciples d'Emmaüs comme de ceux qui avaient fait la même expérience du Ressuscité.

Pourtant, cette présence de Jésus parmi eux n'a pas été réalisée tout de suite, ni de façon évidente. La manière d'être, unique, de leur maître, a éveillé en eux une reconnaissance : le Christ apporte la paix – à eux qui sont bouleversés – les invite au repas, ouvre leurs intelligences à la compréhension des Ecritures, et leurs cœurs deviennent brûlants. La loi, les prophètes, les psaumes, toutes les Ecritures, se rassemblent, s'unifient, s'expliquent!... C'est toute une Histoire qui s'accomplit, un puzzle qui se constitue, une rencontre annoncée qui se réalise. Dieu a visité son peuple. En traversant avec lui "les ravins de la mort" (psaume 22). Avec le Fils de Dieu désormais, en croyant en Lui, tout homme peut réaliser le même passage, la même Pâque.

"Nous, nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie,
parce que nous aimons nos frères."
(1Jn 3, 14)... Prémisses de résurrection, aussi, à chaque fois que nous apprenons à mieux aimer. La vie éternelle nous est insufflée maintenant, tout spécialement quand nous laissons le Christ ressuscité nous rejoindre, spécialement là où ça fait mal. Là où nous sommes blessés. L'attendons-nous vraiment? Avons-nous vraiment besoin de Lui? Laissons-le nous aider à reconnaître notre blessure, personnelle et collective - notre commune humanité, souvent défigurée.

Oui, Jésus ressuscité, viens nous guérir de ta lumière, viens nous transfigurer !

Père Marc Haeussler

vendredi, 16 février 2018 00:00

Le jeûne

Le jeûne,

apprendre à recevoir

Il est bon, par exemple, de partager un repas ensemble, en famille, entre amis, avec d'autres convives non encore connus... Cela est bon. La nourriture, la boisson, l'échange fraternel se goûtent, s'apprécient. C'est à dire lentement, sans dévorer, sans "mettre la main" illico sur le plat déposé sur la table. Je peux prendre le temps de regarder celui-ci, de considérer la personne qui l'a apporté et élaboré avec patience et bienveillance.

Je peux remercier Dieu pour sa création bonne qui me permet de savourer, d'avoir du plaisir, de vivre, d'aimer. Je ne connais pas tout le monde; je m'approche, je me laisse approcher. Cela prend un peu de temps. Bref, j'apprends à recevoir comme un cadeau...Les plats, les convives, Dieu présent dans nos vies.

Je peux "jeûner" quelques minutes à travers l'attente, le creusement du désir de l'essentiel, la dépossession des biens (qui restent des biens!). Je peux jêuner en mangeant moins, dans un "goutte à goutte" qui me rappelle la valeur réelle de chaque chose. Je peux jeûner en évitant toute saturation d'infos en tout genre, de vidéos, d'écrans, de brouhaha encombrant l'esprit. Je peux jeûner - le jeûne que Dieu préfère dans le livre d'Isaïe (58, 1-12) - en contribuant à délivrer (ou parfois simplement accompagner) mon prochain accablé par de maux... injustice, faim, errance, solitude, mal-être -très fréquent et pas toujours visible- maladies, deuils difficiles, familles déchirées, ...

"Seigneur, apprends-moi à me désencombrer pour te laisser de la place, te recevoir. Elargis alors l'espace de ma tente (Is 54, 2) car Tu viens avec tous tes convives !... Tous ces Hommes que tu portes, fidèle que Tu es à ton alliance.

+ Marc Haeussler

samedi, 23 décembre 2017 00:00

Aussi beau que fragile

Aussi beau que fragile

L'avez-vous remarqué ? Ce qui est beau et précieux est souvent très fragile !... Un verre de cristal qu'on manipule avec délicatesse, des pétales de fleurs qu'on ose à peine toucher, un tableau d'artiste qui craint la lumière trop vive des flashs, des semences minuscules et puissantes, qu'on pourrait broyer sous nos pieds...

Ici on apprend à poser son regard, là, en pleine nature, on émerge du bruit pour mieux faire silence et entendre l'imperceptible. Pas tout à fait imperceptible cependant.

Ainsi, de manière surprenante, Dieu s'est dévoilé d'abord comme un tout petit enfant, semblable à nous, tel que nous l'avons été dans les premiers jours de notre vie. Pour ne point nous effrayer, Dieu s'est mis à notre hauteur, et même à hauteur d'enfant !

Dieu s'est fait l'un de nous ! Nous voici tous marqués par sa présence ! Même si nous peinons parfois à le réaliser, chacun de nous est sacré ! Du tout-petit encore dans le ventre de sa maman jusqu'au mourant quel que soit son âge, chacun est ainsi revêtu d'une immense dignité. Voilà une source jaillissante en laquelle chacun peut puiser au fond de lui-même, plus encore quand il n'y croit plus ! Ou quand l'entourage lui a fait croire le contraire.

Personne n'est "moins que rien" même en dépit de ses actes tâtonnants, ses échecs, ses maladresses, ou ses péchés. Chacun est "infiniment plus que rien" !

Dieu est venu nous le souffler. D'un souffle fragile, presque imperceptible, et néanmoins puissant, celui d'un enfant.

+ Marc Haeussler

curé

vendredi, 24 novembre 2017 00:00

A Toi la puissance Seigneur

A toi la puissance Seigneur!

Avec toutes les capacités que nous avons en nous, nous sommes un peu comme des petits dieux!...Avec une grande marge de liberté pour poser des actes ayant une influence sur nous, sur les autres, sur le monde.

Quand nous parlons de "Dieu tout puissant", il n'est pas toujours aisé de comprendre en quel sens nous le nommons ainsi. Pourtant, nous pouvons deviner à quel point ce dont nous avons besoin d'être protégé, c'est de l'homme "tout puissant"... Car celui-ci n'a pas toujours la sagesse et la conscience à la hauteur de sa science et de ses ambitions.

Dieu s'est révélé de manière éminente par son Fils, Jésus-Christ qui s'est identifié aux "plus petits de ses frères", comme nous le rapporte aujourd'hui St Matthieu. C'est bien le même Dieu "tout puissant" qui parle!... D'une puissance qui n'écrase pas mais qui accompagne chacun, singulièrement celui qui est blessé, non reconnu, malade, affamé, captif. Dieu est venu déployer sa puissance de levain, de grain, dans notre faiblesse, et Il nous demande de nous laisser faire. Sa puissance n'est pas un pouvoir de forcer les portes...Il mendie notre oui! Il est venu pour être lui-même notre justice ultime, tout spécialement pour les victimes en tout genre,...victimes de conflits, ou d'une économie féroce, ou encore de manipulation eugéniste au commencement de la vie, par exemple. Victimes en tout genre de l'homme qui veut être...tout puissant.

"Oui, Seigneur, je te rends cette puissance pour que tu m'apprennes, par ton Esprit de sagesse, son mode d'emploi, Toi qui seul sait l'utiliser, toi qui seul est vrai roi!

+ Marc Haeussler

vendredi, 27 octobre 2017 00:00

Le jour-phare du Chrétien

Le jour-phare du Chrétien

Oui vraiment, Dieu ne se moque pas de nous! Il nous demande, à nous ses créatures, de L'aimer! Rien que cela... Nous avons beau être, au fond, de touts petits "stroumpfs" dans l'univers, nous avons, en nous -qu'on le ressente ou non- la capacité d'aimer Dieu!... un peu fou, non? Et pourtant, c'est vrai!

Un hymne de la prière de l'Eglise -qu'on nomme aussi Liturgie des Heures- précise:

"Qui donc est Dieu que nul ne peut aimer s'il n'aime l'homme?

Qui donc est Dieu qu'on peut si fort blesser en blessant l'homme?

Pourtant, cela n'aura échappé à personne: nul n'aime tout le monde, et avec en prime de nobles sentiments, des débordements d'affection ou d'estime...C'est entendu. Même si nous faisons deux pas en avant, un pas en arrière, ne craignons pas de répéter ces pas de progression. Dieu voit les petites marches que nous gravissons pour apprendre à mieux aimer, de manière complémentaire: Lui, nous-même, notre prochain.

Comme les repas que nous prenons régulièrement, que nous répétons pour nous nous nourrir, n'hésitons pas à "répéter" -à renouveler- chaque dimanche notre participation à l'Eucharistie. Le Dimanche...le jour-phare du chrétien, le jour de l'Eucharistie qui rassemble et relance le peuple de Dieu, le premier jour de chaque semaine, le jour de la Résurrection du Christ qui nous a aimés jusqu'au bout. Jusqu'à prendre tout sur lui, sur ses épaules, en y incluant la mort elle-même. Il l'a fait dans l'Histoire et pour toute l'Histoire, pour être, Lui le Ressuscité, le dernier mot de nos histoires compliquées, le dernier mot de toute l'Histoire. Mais attention, pas sans nous, pas sans notre adhésion qui peut en emporter bien d'autres.

Aujourd'hui, le Christ se répand, à l'image de son sang versé et répandu, pour être notre vie, pour nous donner du souffle, son souffle, son Esprit Saint consolateur et vivifiant, cet amour éternel qui ne demande qu'à jaillir de nos coeurs.

p. Marc

dimanche, 03 septembre 2017 00:00

Je te cherche dès l'aube

"Dieu, tu es mon Dieu, je te cherche dès l'aube:

mon âme a soif de toi;

après toi languit ma chair,

terre aride, altérée, sans eau." ( ps 62)

 

 

En ce début de septembre, nous avons comme une page blanche devant nous.

L'occasion de se poser cette question: quel est mon désir profond ? Celui qui se cache sous le tumulte, la hâte, l'inquiétude ? Que désire mon être tout entier ? Les vacances peut-être ont été l'occasion de telles questions.

Au-delà des milles sollicitations qui me sont faites, toutes plus utiles les unes que les autres, me reste-t-il une place pour cette interrogation tellement humaine: allons-nous dans la bonne direction ?

Mes choix, nos choix, sont-ils orientés vers une finalité qui a du sens ? Quelle résolution je prends cette année pour être un peu moins balloté, émietté comme une cible markéting, manipulé par des prêts-à-penser ? Et de ré-interroger mon désir profond, celui-là même qui me fait rechercher la paix et la joie du coeur, attentives, communicatives. Ce désir profond de Celui qui m'a crée et veut mon bonheur.

Dieu fait homme, Jésus le Christ, a soif que nous ayons soif de lui !... Et jusqu'à se donner totalement pour nous sur la croix. Alors, oui, Seigneur, je te cherche dès l'aube ! Je vis avec Toi une "avant-journée" avant que les occupations m'assaillent. Tu me rends plus libre.

 

P. Marc Haeussler

vendredi, 09 juin 2017 00:00

Nous sommes faits pour Lui!

Nous sommes faits pour Lui!

Bonne nouvelle!... Dieu s'est dévoilé comme voulant nous faire partager sa joie! ... La joie d'une communion éternelle! Une communion qui fait exister chacun pleinement! On ne sera jamais autant nous-mêmes et en même temps tous unis, que dans la communion divine! Si Dieu appelle chacun par son nom, c'est bien pour que chacun existe et pleinement! Une authentique communion fait naître une confiance mutuelle qui fait que chacun se révèle. C'est le Christ lui-même qui nourrit cette communion, en se donnant lui-même en nourriture. Communiant au même Corps, nous tendons à ne former qu'un seul Corps, celui du Christ.

Deux mots clés, donc, pour ce dimanche: "Trinité" et "communions"...Cela tombe bien, la Trinité, c'est une communion! Dieu est communion. Communion de trois personnes en un seul Dieu. Car Il est Amour. Et nous sommes faits pour Lui!... Alors nous aspirons à vivre nous aussi cet Amour pour lequel nous sommes faits. Et dès maintenant, nous vivons des prémices de cet Amour dans notre vie. De manière encore inachevée, blessée, mais tout de même. En ce mois de Juin notamment, cet Amour se vit à travers ces couples qui s'échangent leur consentement pour s'aimer mutuellement toute leur vie. Il se vit à travers ces touts petits qui présentent leurs frimousses à l'eau claire du baptême. Il se vit à travers ces grands enfants bouillonnants qui vont communier pour la première fois au Corps du Christ. Pour ne citer que ceux-là... A chacun d'enrichir la liste!

"Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l'amour de Dieu et la communion de l'Esprit Saint soient toujours avec vous tous!"

+ Marc Haeussler

samedi, 06 mai 2017 00:00

Cet appel au fond de moi

Cet appel au fond de moi

Ce dimanche, nous pensons plus spécialement aux vocations.

Dans le secret des coeurs, notamment de jeunes chrétiens, un questionnement peut surgir et travailler: "Qu'est-ce que je veux faire de ma vie"? Quel est mon désir profond? Celui qui émerge des autres désirs et qui veut unifier ma personne, orienter ma vie toute entière? N'y a t-il pas un désir qui me fait pressentir un bonheur, mêlé parfois à une certaine gravité, une mission à accomplir pour mes frères et soeurs? Et Dieu dans tout cela? Dans son grand dessein de mener tous les hommes à leur accomplissement, à la sainteté, à quelle place m'appelle-t-il, moi personnellement? A côté de la vocation naturelle au mariage, m'appelle t-il à une vocation plus particulière: prêtre, religieux, religieuse?

Un feu peut brûler au plus intime d'un jeune, un feu lié à cet Amour que le Christ a donné à tous en se donnant lui-même, tout entier, pour la multitude. Un feu qui ne laisse pas vraiment tranquille mais qui recherche néanmoins une paix et une joie du coeur, une joie attentive à celui qui n'en a pas, une joie soucieuse de communion vraie, par Celui qui seul en est la Source: le Christ mort et ressuscité.

Oui prions pour les vocations, mais plus encore apprenons à prier, nous-mêmes, et sans craindre d'initier les plus jeunes. Cette écoute au plus intime de soi est indispensable pour apprendre à mieux se connaître et pour entendre les appels du Seigneur.

Oui, Jésus désire que certains participent d'une manière spéciale à sa mission, lui qui nous dit:"Je suis le bon pasteur, dit le Seigneur; je connais mes brebis et mes brebis me connaissent".

DébutPrécédent12SuivantFin
Page 1 sur 2